Thai Tourism Recovery On Track as International Arrivals Jump – The Diplomat

Rythme de l’ANASE | Économie | Asie du sud est

Le pays a accueilli 11,15 millions de visiteurs étrangers en 2022, contre 428 000 l’année précédente.

La Thaïlande a accueilli 11,15 millions de visiteurs étrangers en 2022, dépassant l’objectif du gouvernement pour l’année et suggérant que la reprise de son secteur touristique se poursuivra cette année, a déclaré hier le ministère du Tourisme du pays.

Ce chiffre était encore bien en deçà des 40 millions d’arrivées internationales que le pays avait enregistrées en 2019, avant le début de la pandémie de COVID-19. Mais cela marque une grande amélioration par rapport aux 428 000 visiteurs que le pays a reçus en 2021, lorsque l’accès au pays a été compliqué par une série de restrictions de voyage liées à la pandémie.

Étonnamment, les trois principaux marchés sources du pays en 2022 étaient la Malaisie, l’Inde et Singapour, selon les données du ministère.

C’est évidemment une bonne nouvelle pour la Thaïlande, dont l’économie est la deuxième de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) mais qui est aussi exceptionnellement dépendante du tourisme. Alors que le pays a réussi à contenir le COVID-19 avec un succès relatif en 2020, les blocages et l’effondrement des voyages internationaux ont pratiquement paralysé le tourisme international. Cela a contribué à ce que le pays connaisse la deuxième pire récession des 10 pays de l’ASEAN cette année-là, la Banque asiatique de développement (BAD) faisant état d’une contraction de son économie de 6,1 %.

Les autorités thaïlandaises du tourisme visent désormais 25 millions de visiteurs internationaux d’ici 2023, un objectif qui sera grandement aidé par la reprise du tourisme émetteur en provenance de Chine, suite à la décision radicale de Pékin d’abandonner le « zéro COVID » et ses restrictions de voyage associées plus tôt ce mois-ci. En 2019, la Thaïlande a accueilli un record de 11,5 millions de visiteurs, mais le flirt prolongé de la Chine avec sa politique Whack-a-mole « zéro COVID » a ralenti la reprise espérée de la Thaïlande.

Aimez-vous cet article? Cliquez ici pour vous inscrire pour un accès complet. Juste 5 $ par mois.

En fait, la reprise du tourisme émetteur chinois a été bien accueillie dans toute la région. Dans la capitale philippine, Manille, Reuters a rapporté cette semaine que des Philippins en tenue traditionnelle « jouaient des marimbas en bambou et distribuaient des colliers et des cadeaux » aux premiers visiteurs chinois à revenir dans le pays depuis avant la pandémie. Les autorités indonésiennes ont également organisé un spectacle similaire à Denpasar à Bali, où le premier vol direct en provenance de Chine en trois ans a atterri devant une garde d’honneur composée d’agents de bord balinais en tenue traditionnelle et de danses du lion pour marquer le Nouvel An lunaire.

Pendant ce temps, à l’aéroport international de Kuala Lumpur en Malaisie, le ministre du Tourisme, des Arts et de la Culture, Tiong King Sing, a personnellement accueilli les visiteurs chinois arrivant de Fuzhou avec des souvenirs du Nouvel An lunaire ce week-end.

En 2019, les Philippines et l’Indonésie ont respectivement accueilli 1,7 million et 2 millions de visiteurs chinois. Mais tout comme en Thaïlande, il a fortement chuté l’an dernier à seulement 39 627 voyageurs aux Philippines et environ 100 000 en Indonésie. La Malaisie a connu une baisse similaire mais s’est fixé un objectif ambitieux d’attirer 5 millions de touristes chinois cette année, soit une augmentation de 60% par rapport aux 3,1 millions qui ont visité en 2019.

Dans le même ordre d’idées, le gouvernement de Singapour a déclaré cette semaine qu’il était sur la bonne voie pour une reprise complète de son secteur touristique d’ici 2024. La ville-État a accueilli 6,3 millions de visiteurs l’an dernier, selon les autorités du tourisme, contre 19,1 millions enregistrés dans 2019. mais légèrement au-dessus des prévisions du gouvernement de 4 à 6 millions.

Comme ses voisins, Singapour sera également dopée par le retour des voyages à l’étranger chinois. Le pays a accueilli 3,6 millions de visiteurs en provenance de Chine en 2019, la plus grande source d’arrivées étrangères du pays.

Source